La légion tchèque...

Publié le par Cesky

 

Les légions tchèques ou légions tchéco-slovaques (Česko(-)slovenské legie ou parfois České legie en Tchèque, Česko(-)slovenské légie en Slovaque) furent des volontaires armés tchèques et slovaques combattant du côté des puissances militaires alliées de l'Entente cordiale durant la Première Guerre mondiale.

 

Origines

Les légions tchèques furent formées à partir de 1915 par des émigrants et intellectuels tchèques et slovaques (Tomáš Masaryk, Milan Rastislav Štefánik et d'autres). Leur raison d'être était d'assister les troupes de l'Entente cordiale et plus spécifiquement de permettre la création d'un État de Tchécoslovaquie à partir des territoires occupés par l'Autriche-Hongrie (ce qui se produisit effectivement en octobre 1918).

Les légions tchèques de Russie furent créées en 1917 (voir ci-dessous), en France en décembre 1917 (incorporant notamment des volontaires originaires d'Amérique) et en Italie en avril 1918. Les effectifs furent essentiellement formés à partir des prisonniers de guerre tchèques et slovaques de Russie, Serbie et Italie, ainsi que des émigrants de France et Russie qui avaient déjà formé la "Compagnie tchèque" en Russie et les troupes "Nazdar" en France en 1914.

Les légions furent impliquées dans de nombreuses batailles de la Première Guerre mondiale (Vouziers, Arras, Zborov, Doss Alto, Bachmach, etc.)

Légions tchèques en Russie

Elle jouèrent un rôle déterminant au cours de la guerre civile russe.

Lorsqu'éclata la Première Guerre mondiale, les Tchèques et les Slovaques vivant dans l'Empire russe sollicitèrent de l'Empereur Nicolas II de Russie de pouvoir organiser une force nationale pour combattre l'Autriche-Hongrie. Le Tsar consentit à l'organisation de cette armée.

Une "compagnie tchèque" naquit en 1915, qui fut incorporée à l'armée russe. À partir de mai 1915, cette compagnie commença à recruter des prisonniers et des déserteurs de l'armée austro-hongroise, originaires des territoires de Bohème, Moravie et Slovaquie. En février 1916, elle devint le Régiment de Fusilliers tchéco-slovaques et en mai 1916 la Brigade des Fusilliers tchéco-slovaques (7 300 personnes). Les dirigeants des mouvements pour l'indépendance tchèque et slovaque Masaryk et Štefánik vinrent en Russie pour aider à accroître et à organiser ce corps militaire, et en firent entre printemps et été 1917 une armée tchécoslovaque indépendante. En septembre 1917, la Brigade fut transformée en la Première Division de fusilliers hussites, qui fut regroupée avec la Seconde Division de fusilliers (créée en juillet 1917) pour devenir le "Corps tchéco-slovaque de Russie", totalisant 40 000 hommes, ce qui était déjà un embryon d'armée nationale.

Le corps d'armée compta jusqu'à 65 000 hommes.

L'expédition sibérienne

Après la Révolution russe, le gouvernement bolchevik conclut le traité séparé de Brest-Litovsk et il fut décidé d'évacuer le corps des Tchèques et des Slovaques vers la France pour y rejoindre les autres troupes tchéco-slovaques et continuer là la guerre. De par le blocus sur le front de l'Europe occidentale par les troupes allemandes et autrichiennes, l'évacuation devait être effectuée par le port de Vladivostok pour les USA via la Sibérie.

La lente évacuation par le Transsibérien fut ralentie par les problèmes d'approvisionnement, et selon les termes du traité de Brest-Litovsk, les Bolcheviks devaient rapatrier les prisonniers de guerre allemands, autrichiens et hongrois de Sibérie vers leur pays respectif. En mai 1918, les Tchèques et les Slovaques interceptèrent un train hongrois à Chelyabinsk et abattirent un soldat qui avait lancé un projectile dans leur direction. Le gouvernement bolchevik local mit les suspects en état d'arrestation, mais leurs compagnons prirent la gare et plus tard la ville.

Léon Trotsky, alors Commissaire du Peuple de la guerre, ordonna le désarmement de la Légion. La Légion s'empara alors d'un important territoire proche du chemin de fer sur la Volga, capturant par ailleurs huit wagons chargés d'or de la réserve impériale de Kazan. Après ce fait d'arme, les Bolcheviks durent négocier un nouvel arrangement et de l'or pour leur permettre de rejoindre leur pays en 1920. La plupart des hommes de la Légion furent malgré tout évacués par Vladivostok, mais certains se joignirent à l'armée anti-Bolchevik de l'Amiral Kolchak.

Légions tchèques en France

Les engagements des volontaires tchécoslovaques auprès de la Légion étrangère débuta à Paris le 21 août 1914. Le 31 août marque la création de la première compagnie, bataillon C du 2ème Régiment d'Infanterie à Bayonne. En se croisant en ville, ils se saluaient par „Na zdar!“, et furent dès lors dénommés la Compagnie „Nazdar!“. En 1918, une brigade tchecoslovaque fut constituée en France, qui retourna au pays à l'automne en 1919. Elle comptait 9 600 soldats.

650 légionnaires tchèques périrent en France au cours de la Première Guerre mondiale.

Sources: [1], Czech inter-wiki

Après la guerre

Les membres des Légions constituèrent l'ossature de la nouvelle armée tchécoslovaque. Ils furent nombreux à combattre lors des combats avec la Hongrie en Slovaquie en 1919.

Divers

Seules sept wagons de l'or impérial retournèrent à Moscou. La Légion garda le huitième pour acheter ou louer des bateaux à Vladivostok, ce qu'il restait fut utilisé pour créer la Banque de la Légion (Legionářská banka ou Legiobanka) à Prague. Son siège central sur la rue pragoise Na Poříčí est un des chef d'œuvre de l'architecture cubiste, et sa façade comporte des représentations de la retraite des légionnaires en Sibérie.

Le pont de la Légion (Most legionářů) à Prague doit son nom aux légions tchèques.

Le dernier légionnaire mourut en 2001.

Voir aussi :

http://www.pamatnik.valka.cz/stranky/uvodFR.php

 

Source : wikipedia

 

Commenter cet article